Un festival de cinéma vert à Eubée, un an après les incendies dévastateurs

Source; www.lexpress.mu

Le festival de cinéma d’Eubée, entièrement dédié au cinéma vert, a vu le jour un an après les incendies qui ont ravagé le nord de l’île grecque, avec l’objectif de devenir un pôle international de films sur l’environnement.

Créé par le Festival international de Thessalonique (TIFF), la plus importante institution cinématographique de Grèce, l’«Evia film project» vient du nom de l’île grecque d’Eubée (Evia en grec et anglais).

«Il n’y a nulle part dans l’industrie un événement entièrement dédié au cinéma vert, c’est complètement nouveau», a déclaré à l’AFP la directrice générale du TIFF, qui se tient tous les ans en novembre à Thessalonique, la deuxième ville grecque, dans le nord du pays.

«Nous essayons de former et d’éduquer pour contribuer au sauvetage de la planète», a ajouté Elise Jalladeau, soulignant que le projet comprend aussi la restauration de cinémas en plein air, qui n’avaient pas servi depuis des décennies.

L’Evia film project réunit «des projets cinématographiques ou des films progressifs» au service de l’écologie, ont souligné les organisateurs.

Il «s’inscrit dans un vaste effort de l’État grec pour soutenir la communauté locale en difficulté et revitaliser l’économie d’Eubée», la deuxième plus grosse île de Grèce frappée par de violents incendies de forêt entre les 29 juillet et le 12 août dernier.

Des villages entiers ont été ravagés par les flammes et des milliers d’habitants et touristes ont dû être évacués.

«Après ces incendies dévastateurs, tous les habitants et hommes d’affaires de la région ne disaient qu’une chose: Ne nous oubliez pas», a déclaré à l’AFP Orestis Andreadakis, directeur artistique du Festival de Thessalonique.

L’initiative comprend également une campagne touristique spéciale pour la région et des subventions pour les touristes qui la visitent.

La première édition du festival annuel s’est tenue la semaine dernière à Aidipsos, Limni et Agia Anna, des villages affectés par le sinistre.

Pour la première édition, le TIFF a rassemblé plus d’une dizaine de projets cinématographiques du monde entier et créé une plateforme dite l’«Agora of the Evia Film Project», qui vise à devenir un pôle cinématographique d’intérêt international pour «le cinéma vert» et créer des liens entre professionnels de l’audiovisuel.